Élevage

Le troupeau est surtout composé de gros bétail d’ espèce bovine.
Les anciennes races de Tourache, Fémeline, etc… disparaissent devant les races plus belles et meilleures laitières de Berne, Schwitz,Montbéliard(1).
Les races Charolaises et Auvergnates sont également représentées, mais en petit nombre.
L’ élevage du cheval y est insignifiant, celui du mulet, pratiqué dans le sud du premier plateau surtout, est moins prospère qu’ autrefois(2).
Le troupeau de mouton a sensiblement diminué, car dans la campagne, on ne s’ habille plus de droguet(3), et c’ est sur le premier plateau qu’ il est le plus nombreux.
il en est de même de la chèvre et de l’ élevage du porc, beaucoup moins important dans la montagne que dans la Bresse, et cependant en progrès.Enfin, la montagne possède près de 10 000 ruches.

 

(1)Les Comices agricoles, subventionnés par le département, encouragent cette amélioration en organisant des concours, dans lesquels les propriétaires du plus beau bétail reçoivent des primes.
Des reproducteurs de races sont achetés par ces comices et revendus à perte, à des particuliers.
Le bétail de la haute montagne est plus beau que celui de la Bresse et du premier plateau, car le sol est pauvre en chaux et en phosphate.

 

(2)Les foires de chevaux de Montmorot, Nozeroy; celles de mulets de Chambéria, d’ Orgelet, de Saint-Julien, étaient importantes au milieu du 19ième siècle. Les mulets étaient expédiés dans les Alpes et Pyrénées.

 

(3)35 000 moutons dans le département en 1801
16 500 en 1912

Laisser un commentaire

css.php